img-news

Alexia Chantraine

En savoir plus

POUR NE PLUS ME SENTIR – Réflexion sur mon geste de coach
« J’aime les gens pour ce qu’ils sont
Ils sont souvent plus qu’ils ne croient
Ils ont envie d’occuper cette place
La leur » (ne cherchez pas qui a écrit cette phrase, c’est moi !)

C’est dans cette posture que j’aborde mon métier de coach. De cette posture naît mon geste professionnel. Il peut se résumer en quelques questions simples :
 
  • Qui est tu ?
  • Quelle est ta place ?
  • Dans ton organisation ?
  • Dans le monde ?
  • Dans l’univers ?
 
Qu’est-ce que tu offres ?
A quoi tu contribues ?
 
Je conduis cette innovation dans ma vie, de répondre à ces questions avec cœur, d’où je puise le courage de mes actes.
En raisonnant avec mon cœur, je donne forme à d’autres types d’actions, d’autres corps, je me transforme.
Cette transformation d’un état d’actions à l’autre, d’un état de corps à l’autre, est ce que j’appelle l’innovation dans ma vie. Je place cette innovation comme la spécificité de mon coaching.
Pour me retrouver dans ces bouleversements liés à ces changements de corps, ces émotions, je n’oublie jamais que, scientifiquement ou rationnellement, en me transformant je ne perds ni ne gagne rien, j’existe toujours.
Mais je gagne profondément conscience et joie d’avoir ouvert dans ma vie un chemin de paix, un chemin de bonheur, celui de vibrer par mon corps avec le monde.
Et cela suffit à m’aimer pour ce que je suis.
Envie de partager avec vous sur ce sujet : dans son livre « Wake up », Christine Lewiki fait référence à ce monde innovant qui place son inspiration en chacun de nos cœurs : « le monde qui est en train d’émerger est un monde où nous nous recentrons sur nos valeurs, un monde où la quête de profit ne se fait pas au détriment du bon sens et du bien-être de chacun (…) un monde où nous activons nos talents « quoiqu’il arrive » parce que nous prenons conscience que ce n’est plus possible de les ignorer. Un monde où nous arrêtons de nous conformer pour rayonner et contribuer. »

Proposé par Alexia Chantraine.